INRS
  • INRS
  • Eau Terre Environnement
  • Énergie Matériaux Télécommunications
  • INRS – Institut Armand-Frappier
  • Urbanisation Culture Société
Version imprimable

Maritza Jaramillo

maladies infectieuses, biologie de l’ARN

toxoplasmose, inflammation, génomique fonctionnelle

Intérêts de recherche

 

La toxoplasmose congénitale est une maladie infectieuse causée par Toxoplasma gondii (T. gondii), un parasite intracellulaire obligatoire généralement transmis à l'homme par l'ingestion de viande crue, d'eau ou de sol contaminé. Pendant la grossesse, l’infection à T. gondii peut entraîner une fausse couche, des naissances prématurées ou des anomalies congénitales graves (par exemple, cécité, hydrocéphalie et retard mental). On estime qu'environ 30 à 40% de la population mondiale est séropositive et que plus de 90% des femmes en âge de procréer risquent de contracter le parasite. Malheureusement, les vaccins efficaces et sécuritaires font défaut et les traitements disponibles présentent souvent des effets secondaires tératogènes. Par conséquent, il est devenu essentiel de comprendre les mécanismes moléculaires sous-jacents aux interactions entre T. gondii et le patient infecté, en particulier à l’interface mère / fœtus. À la lumière de ce problème, nous étudions comment le dérèglement du métabolisme de l'ARNm de l'hôte et de la synthèse des protéines au cours de l'infection à T. gondii contribue à perturber les fonctions normales des populations de cellules placentaires, notamment les macrophages résidents et les trophoblastes, indispensables à l'implantation de l’embryon et au développement fœtal. Notre étude repose également sur l'utilisation d'échantillons cliniques de femmes enceintes infectées et du modèle ex vivo d'explants placentaires obtenus de donneurs en bonne santé. Ces précieuses ressources aident à valider nos résultats in vitro et à évaluer directement les implications de nos découvertes en milieu clinique. Notre objectif à long terme est de mieux comprendre les fondements biologiques impliqués lors de la toxoplasmose congénitale et de trouver des moyens de contrecarrer la réplication et la transmission de T. gondii. A long terme, nous souhaitons ouvrir la voie à des traitements plus sécuritaires et ainsi promouvoir des grossesses saines.

 

 

 

Actualités