• Accueil
  • » Actualités
  • » L’INRS dispose de nouveaux équipements de pointe pour la recherche
Retour aux actualités

Technologies énergétiques et étude des bactéries

L’INRS dispose de nouveaux équipements de pointe pour la recherche

Version imprimable
12 juin 2007 // par Gisèle Bolduc
rss

Deux jeunes professeurs-chercheurs de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), Mme Ana Tavares et M. Éric Déziel, se sont vu attribuer un montant total de 479 998 $ provenant du Fond des leaders de la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI), ainsi qu’une somme équivalente du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport du Québec. Grâce à cet appui financier, ils pourront ainsi acquérir des équipements de pointe pour poursuivre une recherche innovatrice, notamment en vue de développer de nouvelles technologies énergétiques ou d’étudier des bactéries comme Pseudomonas æruginosa, principale cause de morbidité chez les individus souffrant de fibrose kystique.

 

Au Centre Énergie Matériaux Télécommunications de l’INRS, la mise en place d’une nouvelle infrastructure de recherche permettra à la professeure-chercheure Ana Tavares de concevoir et de développer des matériaux pour les piles au méthanol direct d’une plus grande efficacité énergétique et de plus petite taille. Ainsi optimisé, ce type de piles pourrait constituer une solution avantageuse pour résoudre les problèmes liés à l’alimentation énergétique des futurs systèmes de téléphonie.

 

Au Centre INRS–Institut Armand-Frappier, l’établissement d’un laboratoire de génomique fonctionnelle pour l’étude de la physiologie microbienne offrira au professeur-chercheur Éric Déziel des capacités accrues d’analyse des microorganismes dans un contexte multicellulaire. Il sera en mesure d’étudier en temps réel et à très haute résolution la bactérie Pseudomonas æruginosa et autres microorganismes importants. Ses travaux visent à trouver de nouvelles avenues thérapeutiques afin de réduire l’incidence et les complications associées aux infections causées par cette bactérie naturellement résistante aux antibiotiques.

 

« Ces nouveaux investissements sont essentiels pour soutenir une recherche de haut niveau dans des domaines prioritaires, soit l’énergie durable et la santé. De plus, ils constituent un puissant encouragement pour nos professeurs-chercheurs qui ont été recrutés depuis peu », souligne le directeur général de l’INRS, M. Pierre Lapointe.

Actualités

Les plus consultées

Consultez notre webzine

PlanèteINRS.ca

Webzine

Roberto Morandotti et l'optique non linéaire ...

Webzine

Une diplômée étudie les territoires de la production de « pot » au Québec ...

Webzine

Les 10 ans du programme Apprentis en biosciences ...

Webzine

Pierre-Simon Ross, les carottes de forage et la volcanologie québécoise ...

Webzine

Les tables de quartier montréalaises, un modèle unique qui inspire d'autres pays ...